Serge Dessay

Après une longue période en fauteuil roulant, Serge Dessay a réalisé combien l’intégration des personnes handicapées dans le monde professionnel était difficile et compliquée. Aujourd’hui, il est patron de sa propre entreprise… et ne recrute que des personnes handicapées ! Gros plan sur une expérience instructive et exemplaire.

Au début des années 1980, après des études médicales et un service militaire, Serge Dessay est victime d’un grave accident. Ses docteurs sont formels : il ne remarchera jamais.

Sauf que, comme il le dit lui-même dans une tribune qu’il a publiée sur Le Plus :

« La médecine est une science extrêmement exacte qui dit la plupart du temps des bêtises. »

Après cinq ans et demi cloué dans un fauteuil roulant, Serge Dessay retrouvait l’usage de ses jambes et redevenait l’homme qu’il avait toujours été. Enfin presque :

« Mon accident a changé le cours de ma vie. »

Désormais conscient de l’immense difficulté d’être « une personne fragile » (terme qu’il préfère à celui d’handicapé), quand Serge Dessay a monté sa boîte de services aux particuliers dans les années 1990, il s’est juré de n'employer « que des salariés en fragilité. »

Chose promise, chose due…

Malgré les galères administratives typiquement françaises liées à l'embauche de personnes en situation de handicap, Serge Dessay est resté fidèle à son engagement. Aujourd’hui, son groupe présent dans toute la France emploie 300 personnes… et 96% d’entre elles ont un handicap.

Et l’aventure est loin d’être terminée. Chaque année, entre 30 et 40 nouveaux employés rejoignent le groupe.

« J’embauche d’abord des compétences. Le reste, je m’en fous. (…) Dans certains métiers, on a un coup d’avance. On profite de la technologie pour que nos salariés puissent avoir la même productivité que des personnes valides (…) Un autre facteur de réussite, c’est que les salariés sont hyper motivés. Ils sont passés par des périodes extrêmement difficiles (…) Quand ils retrouvent un job, ils reprennent confiance en eux. »

Et Serge Dessay précise que ça ne pose aucun souci particulier à son entreprise :

« Dans un groupe, il peut y avoir un sourd, quelqu’un qui n’y voit pas très bien, une personne qui a des problèmes de diabète et une autre avec des difficultés psychiques. Chacun apporte ses compétences au groupe. Et tire les autres vers le haut. »

Des expériences comme celle-ci prouvent avec panache que l’exclusion des personnes handicapées est loin d’être une fatalité. Au contraire, c’est une grossière erreur… et on peut la réparer !

Lire aussi : Ce chef d’entreprise français ne recrute que des chômeurs inexpérimentés… et sa boîte cartonne !

Une faute d'orthographe ? Une erreur dans l'article ? Un problème ? Dites-nous tout !

Axel Leclercq

Responsable de Rédaction Associé, POSITIVR - Journaliste issu de la presse écrite, j'ai été formé par ESJ Médias. J'ai rejoint POSITIVR en avril 2015 pour donner la parole à ceux qui croient en l'avenir, à ceux qui résistent au fatalisme, à ceux qui nous inspirent, à ceux qui nous amusent et à ceux qui nous montrent le chemin de la transition à venir.

Serge Dessay, Eric Boël, Deza Nguembock mais aussi Bertrand Ballarin, Séverin Cabannes, Hubert de Boisredon, Pascale Coton, Thierry des Lauriers, Christèle Perrot ou Christian Streiff, sont autant de décideurs et chefs d'entreprises soucieux de réfléchir à l’employabilité des personnes handicapées. 

Elles seront toutes au Colloque « Fragilités Interdites ? » les 26 et 27 novembre prochain pour réfléchir sur cette problématique. 

Tour d'horizon à l'approche du colloque :

L'emploi de la personne avec un handicap

Samedi 26 novembre après-midi

Quelles ressources pour l’entreprise ? Quels obstacles pour le salarié et les équipes ? Une expérience à partager : fragilité et productivité font très bon ménage.

Avec  :

Serge Dessay, président directeur général de Hotravail                                                                               

Pour le fondateur de Hotravail, entreprise qui emploie 95% de personnes avec un handicap, « rien n’est impossible lorsque l’on prend conscience de ses capacités et de ses forces ». Une entreprise adaptée mais dont la particularité devient une force, car d’après Serge Dessay qui a lui-même connu le handicap, « nos collaborateurs doivent surmonter deux obstacles : leurs propres difficultés et la concurrence des autres entreprises. Ils sont donc, par la force des choses, obligés de se surpasser ».

Eric Boël, directeur général des Tissages de Charlieu                                                                                 

Convaincu de l’importance de la responsabilité sociale des entreprises d’aujourd’hui, les Tissages de Charlieu s’engagent concrètement dans cette direction. « Soucieux de la santé de ses employés », Eric Boël considère l’entreprise comme un bien collectif qui relie des individus.

Deza Nguembock, fondatrice d’Esthétique et Handicap Lab                                                                          

Depuis l’âge de 4 ans, Deza Nguembock a une maladie physique handicapante qui la contraint à une vie de soins. Jeune adulte, elle décide de se former aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. En juin 2011, elle crée son agence de communication, Esthétique et Handicap Lab. Son ambition est de battre en brèche l’inconscient collectif qui veut qu’une personne handicapée soit forcément dépendante et impotente. Elle veut au contraire la montrer sous un autre jour, en action, dynamique et autonome.

Entreprise et fragilité 

Samedi 26 novembre - matin

Table ronde : «  La prise en compte de la fragilité peut-elle devenir une ressource pour l'entreprise ? » 

Avec :

Bertrand Ballarin, directeur des relations sociales de Michelin                                                                                   

Michelin applique dans ses usines une politique volontariste de maintien dans l’emploi des personnes ayant subi un accident de la vie et s’investit dans la professionnalisation des personnes en difficulté. L’entreprise s’est vue décerner le prix « Entreprise et Handicap » en 2011. Michelin expérimente par ailleurs, depuis 2013, le management autonome de la performance et du progrès, un nouveau management libérateur pour les salariés, particulièrement ceux travaillant en usine, visant à les responsabiliser et les motiver grâce à davantage d’autonomie dans leur travail.

Séverin Cabannes, directeur général délégué de la Société Générale                                                         

Ancrée dans les valeurs du groupe – esprit d’équipe, innovation, responsabilité et engagement – la Société Générale a mis en place la Mission Handicap. Elle conçoit et déploie des dispositifs spécifiques et des actions ciblées de formation et d’accompagnement pour optimiser l’intégration et l’évolution professionnelle des personnes recrutées comme celles des collaborateurs confrontés à la survenue d’un handicap. Il sera également abordé les conséquences sur l’entreprise et ses salariés de la crise économique de 2008.

Hubert de Boisredon, président directeur général d’Armor                                                                      

Récompensé pour son action en matière d’insertion des travailleurs handicapés, le Groupe Armor fait partie des entreprises impliquées dans la responsabilité sociale. Hubert de Boisredon a, avec succès, développé l’accueil de salariés handicapés et adapté l’outil de travail aux séniors.

Pascale Coton, vice-présidente confédérale de la CFTC                                                                                          

La Confédération Française des Travailleurs Chrétiens est impliquée dans la question de l’emploi des personnes en situation de handicap : elle milite pour faire évoluer le regard compassionnel porté à ces personnes et pour que les entreprises envisagent le handicap dans toute sa diversité et sa complexité.

Burn out et le bien-être au travail 

Samedi 26 novembre après-midi

Comment prévenir et accompagner le burn out, quelles propositions managériales pour le bien-être au travail ? 

Table ronde animée par Michel Rebours, consultant en coaching, avec :

Thierry des Lauriers, directeur général d’Aux Captifs la libération

Le directeur général d’Aux Captifs, la libération abordera le thème de la prévention et de l’accompagnement du burn out, en partageant sa propre expérience. Il a lui-même vécu un burn out et témoignera de ce que cela lui a apporté dans sa relation avec les bénéficiaires de l’association et les autres salariés.

Christèle Perrot, directrice d’Axcime, cabinet de coaching en management

Christèle Perrot a connu le burn out il y a quinze ans et a rebondi en choisissant d’accompagner des entrepreneurs et des cadres dans leurs préoccupations managériales notamment dans les moments de croissance ou de restructuration. 

Un PDG du CAC 40 , ça ne tombe pas malade 

Samedi 26 novembre après-midi

Quelle place pour les accidents de santé d’un dirigeant ? Responsabilité entrepreneuriale et fragilité. 

Témoignage introduit par Bruno de Laage, directeur général délégué du Crédit Agricole jusqu’en 2015

Christian Streiff, président du directoire de PSA Peugeot Citroën de 2007 à 2009                

Victime d’un accident vasculaire cérébral en 2008 alors qu’il dirigeait le groupe, il sera présent pour raconter « sa longue récupération ». Christian Streiff a continué plusieurs mois à exercer ses responsabilités avant d’être écarté. Aujourd’hui, il accompagne de jeunes entrepreneurs dans le démarrage de leurs entreprises. Il témoignera de cette expérience difficile, de son combat pour récupérer toutes ses facultés et se relancer dans une activité professionnelle.

Fragilités et leadership 

Samedi 26 novembre après-midi

La fragilité comme levier de réussite du leader inspiré.

Denis Cocquet, co-fondateur du cabinet de conseil Jade Vision

Accidenté de la route à l’âge de 18 ans, Denis Cocquet perd l’utilisation de son bras droit. Il intègre tout de même une faculté de lettres puis crée, en 2005, le cabinet de conseil Jade Vision. Aujourd’hui, il accompagne des grands dirigeants d’entreprise dans leur stratégie de management.

Plus d'informations sur le programme ou les intervenants. 

La presse en parle :

Retrouvez la vidéo exclusive d'Henri de Castries, ancien PDG de AXA, qui nous parle du lien entreprise-fragilités

Retrouvez l'interview de Serge Dessay sur le Plus du Nouvel Obs

Retrouvez Eric Bellion, parrain du Colloque et navigateur au Vendée Globe, qui nous parle du management. 

Retrouvez Christian Streiff, ancien président de PSA- Peugeot 

0 comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *